27/05/2019

Nous semons 100 hectares chaque jour

En saison de printemps de semis j'ai visité la ferme Staré Sedlo que se trouve au piémont de Český les, non loin de Přimda, la plus ancienne ruine en Bohême. Son propriétaire et fondateur Jiří Černý il m'a dévoué l'après-midi et il m'a répondu à quelques questions et présenté la vie à la ferme.

Où commence l'histoire de l'agriculture sur votre ferme?

L'histoire connue de la famille exploitante Staré Sedlo, numéro de maison 40, atteint plusieurs siècles en arrière. L'histoire moderne de la famille du propriétaire actuel est dominée par l'événement de l'année 1955 quand le grand-père du propriétaire a été forcé de terminer son activité agricole en raison de la collectivisation communiste.
A cette époque, le propriétaire de la ferme a été désigné comme un koulak et l'exploiteur des voisins et il a été expulsé de jour en jour de sa maison dans la ville voisine Bor u Tachova.

Quels ont été vos débuts et avec quelle technique avez-vous travaillé au début?

Nous avons fondé la ferme en 2007 et nous avons commencé à cultiver 12 hectares. Nous avons acheté « Supra » et depuis ce temps la ferme a expansé constamment. Nous cultivons actuellement 1 350 hectares et nous ne possédons plus notre « Supra ».

Si je ne me trompe pas, vous êtes la ferme entièrement écologique?

Oui, au tout début, nous avons décidé de ne pas utiliser des produits chimiques dans la production végétale. Cette idée est devenue le pilier de notre ferme et elle est l'idée principale à ce jour. Nous pensons que c'est la seule possibilité de rendre la terre soutenable pour les générations futures.

Veuillez nous préciser les conditions dans lesquelles vous travaillez.

Nous travaillons en altitude 450–500 m, plutôt sur les sols plus lourds et caillouteux. En 2018 il y avait la somme des précipitations de 350 mm. Ce n'était pas trop, mais pas peu. Les précipitations sont arrivées au moment opportun, ce qui s'est manifesté par la qualité des plantes.

Quelles plantes vous cultivez et quels rendements vous gagnez?  

Nos plantes de base comprennent l'épeautre et l'avoine. Puis du blé de printemps et du blé d'hiver, du cumin, du colza écologique pour la production de l'huile, de pois et du silybe. En écologie, nous devons observer la procédure exacte et faire la rotation des plantes sur plusieurs champs. En cas de l'épeautre et du blé nos rendements font 3 au 4 tonnes, de l'avoine 4 tonnes. En considérant nos conditions, nos sols et l'altitude, ce sont les bons rendements mais nous aimerions certainement avancer plus loin et intensifier notre production.

Avec Farmet, vous avez commencé avec 3 mètres et maintenant vous avez 9 mètres?

Le kompaktomat de 3 mètres a été notre première machine de votre marque. Avec le développement progressif de la ferme la portée de travail de nos machines a aussi augmenté. Maintenant nous utilisons le kompaktomat de 6 mètres mais nous devrons l'échanger pour un plus grand à l'avenir. La terre arable que nous traitons par la technologie conventionnelle a sa superficie de 1 061 hectares et maintenant, au printemps, nous utilisons le kompaktomat pour plus de 400 hectares. Notre flotte des machines de la marque Farmet comprend le semoir Falcon SW avec le listel à semer de la portée 9 mètres. Et je peux aussi vous dire que nous avons déjà commandé une autre machine de votre production.

Qu'est-ce que était important pour vous en achetant un nouveau semoir?

C'était principalement la performance et l'efficacité. Nous avons besoin du réservoir le plus grand et de la portée de travail maximale. Nous ne pouvons pas travailler dans l'agriculture biologique sans les plantes intermédiaires. Immédiatement après la récolte, nous procédons au déchaumage et nous semons directement les plantes intermédiaires avec votre semoir. De cette façon, une personne peut semer normalement 100 hectares par jour ce qui est le plus grand avantage du semoir. Hier, nous avons semé 70 hectares  avec quatre passages et le changement de la culture de l'avoine au blé. Cependant, nous semons habituellement 50 hectares par jour car nous sommes limités par la préparation de semis.

L'épeautre appartient aux plantes productives, comment Falcon SW maîtrise cette plante?

Le semis de l'épeautre est compliqué avec les exigences élevées au semoir. Avec les expériences avec Falcon SW qui a son système d'air optimisé et le distributeur de la semence de qualité nous n'avons aucun problème avec la fondation des plantes. Falcon SW maîtrise le semis de 250 kg/hectare ce qui n´était pas possible avec la machine de concurrence. Il y a deux ans, nous avons construit des espaces de stockage et lancé une nouvelle ligne de post-récolte. Nous vendons toute notre production à l'étranger, notamment en Suisse.

Quels sont vos plans futurs?

Les Allemands sont meilleurs en agriculture écologique et nous aimerions les rattraper. Nous envisageons d'acheter un pulvérisateur. Sur le marché il y a déjà un grand nombre des éléments et des micro-éléments autorisés pour l’environnement et on peut les appliquer. Si Farmet produirait aussi les pulvérisateurs, notre choix serait clair. Il nous est arrivé à plusieurs fois que nos voisins ont confondu votre semoir avec un pulvérisateur. Cela est peut-être dû à son design unique, à son grand réservoir et à sa grande portée de travail.

J'aimerais remercier encore une fois à la famille Černý pour leurs temps me dévoué au printemps et pour leurs connaissances de l'agriculture écologique partagées avec moi. J'espère qu'ils resteront fidèles à la marque Farmet et qu'elle leur aidera à réussir dans la compétition de l'agriculture écologique allemande.

Ing. Václav Mytyska 
Consultant de produit et de technologie